22e édition du PAD à Paris : Les 5 galeries de design contemporain à ne pas manquer

22e édition du PAD à Paris : Les 5 galeries de design contemporain à ne pas manquer

La PAD revient pour sa 22e édition à Paris ! Ce sera l’occasion d’observer les sélections de galeries du monde entier réunies pour présenter des créateurs renommés. Coup de projecteur sur ce rendez-vous incontournable des amateurs et professionnels de l’art et du design.  

La PAD 2018 dans le Jardin des Tuileries
La PAD 2018 dans le Jardin des Tuileries

 

La PAD, Pavillon des Arts et du Design, se tiendra une nouvelle fois au Jardin des Tuileries pour cette édition. Du 4 au 8 avril, le lieu accueillera un grand nombre de galeristes spécialisés dans le design contemporain. On trouvera cette année des habitués de l’évènements mais également des exposants dont les sélections sont exposées pour la première fois. En déambulant dans les nombreuses galeries du pavillon, les visiteurs pourront donc observer un panorama de la production actuelle. Présidée par Marie-Laure Jousset, la PAD réunit un Jury de collectionneurs, conservateurs, architectes et décorateurs d’intérieur spécialistes du Design. Il désignera le prix du Stand, le prix du Design Contemporain et le prix du Design du XXème siècle.

La PAD, à la rencontre des designers contemporains

 

La PAD accueille cette année de nombreux exposants de design contemporain. Certains ne sont à manquer sous aucun prétexte ! En voici quelques-uns :

 

  • La Carpenters Workshop Gallery : Fondée par Julien Lombrail et Loïc Le Gaillard, cette galerie est à la croisée de l’art et du design. Elle exposera des sculptures fonctionnelles, créées par des artistes ou des designers sortant de leurs territoires d’expression traditionnels. On pourra admirer deux luminaires de l’atelier Van Lieshoutv : Scarlette et The molecule that changes the problem in the world ; une lampe et un cabinet d’Andrea Branzi et la statue Insideer de Vincent Dubourg. 
Atelier Van Lieshout, Scarlett LampGalerie ; Carpenters Workshop Gallery
Scarlette , Atelier Van Lieshout ; Carpenters Workshop Gallery

 

  • La galerie Gosserez : Fondée en 2010 par Marie-Bérangère Gosserez, cette galerie est spécialisée dans le mobilier design contemporain. Elle s’inscrit dans sa tradition fonctionnelle et décorative tout en voulant en rénover les codes et les pratiques à travers des éditions originales de meubles et d’objets. Cette année elle présentera les créations de designers tels que Damien Gernay avec son miroir Glaz, Valentin Loellmann avec son banc Copper et son guéridon Blue Brass ou encore Maximilan Michaelis qui présentera sa lampe baptisée The elusive nature of human perception n°6.
Damien Gernay, miroir Glaz; Galerie Gosserez
 Miroir Glaz, Damien Gernay ; Galerie Gosserez

 

  • La galerie Negropontes : La galerie, animée par Sophie Negropontes et Hervé Langlais, a pour ambition de renouer avec les Arts Décoratifs à la Française tout en s’inscrivant dans une vision contemporaine. Ici aussi, il est question de créations mariant design, art et savoir-faire. La galerie exposera des créations de Hervé Langlais lui-même avec l’enfilade Plumage, le banc Archs ou la console Overhung.
Enfilade plumage, Hervé Langlais ; Galerie Negropontes
Enfilade plumage, Hervé Langlais ; Galerie Negropontes

 

  • La galerie Wettergren : Ce désir d’une approche interdisciplinaire, on le retrouve chez Wettergren qui exposera des artistes et designers proposant un dialogue entre les technologies nouvelles et le savoir-faire traditionnel. On pourra retrouver des créations de Erling Christoffersen, qui présentera sa chaise noeud,  Boris Berlin avec son banc en verre miroir, ou encore Tora Urup qui exposera une sculpture de verre.
Erling Christoffersen, Bow Chair ; Galerie Wettergren
Erling Christoffersen, Bow Chair ; Galerie Wettergren

 

  • Sèvres : Lieu de création spécialisé dans le verre et la céramique, Sèvres développe des projets artistiques ambitieux autour de savoir-faire d’exception. La Manufacture invite régulièrement les plus grands artistes et designers contemporains à créer des pièces uniques ou des séries limitées en céramique. Cette année, Sèvres proposera aux visiteurs et collectionneurs un voyage à travers la couleur.
Vase Foule, Philippe Cognée ; Sèvres
Vase Foule, Philippe Cognée ; Sèvres

 

Parmi les nouveaux exposants du design contemporain, on pourra retrouver La Galerie Italienne (meubles et objets), Veta Stefanidou Tsoukala (design intérieur), la Galerie Mougin et la Maison Pouenat (travail de son nouveau créateur Rodoplphe Parente).

 

La PAD se tiendra à Paris du 4 au 8 avril au Jardin des Tuileries. L’entrée se fera au niveau du 234 rue de Rivoli. Après une ouverture privée le mercredi 4, l’espace ouvrira ses portes de 11h à 20h du jeudi 5 au samedi 7 et de 11h à 18 le dimanche 8.

 

Preview Salon du Meuble de Milan 2018  :  une 57e édition… et un 1er Manifeste !

Preview Salon du Meuble de Milan 2018 : une 57e édition… et un 1er Manifeste !

Du 17 au 22 avril se tiendra la 57e édition du Salon du Meuble de Milan. Pour la première fois, ce rendez-vous international – et incontournable – du design exprime dans un Manifeste son engagement et son enracinement par rapport à la ville de Milan.  Voici un résumé de cette déclaration.

Courtesy Salon del Mobile Milano
Conférence de presse / Courtesy Salon del Mobile Milano

1- Le Salon du meuble de Milan est un système de connexions, de créativité et d’innovation

En une semaine, le Salon du meuble de Milan attire plus de 300 000 personnes. Les entrepreneurs, journalistes, collectionneurs, intellectuels, critiques, designers, architectes, créateurs, chasseurs de tendances  de tous les pays s’y retrouvent, et en font un événement mondial majeur.  Parmi les  2000 entreprises qui exposent, depuis le mobilier classique jusqu’aux collections design, 30 % sont d’origine étrangère.  Les scénographies des stands sont particulièrement soignées, mais ne font pas oublier l’amont : le travail des usines, du réseau de production proche (les entreprises de la Brianza, une partie de la Lombardie) et du réseau plus éloigné, représenté par la Vénétie, les Marches, la Toscane et les Pouilles, pour ne parler que des réseaux italiens.

2-Le Salon du meuble de Milan promeut un design durable

Pour les organisateurs du Salon du meuble, la qualité correspond aujourd’hui à « la qualité durable », ce qui signifie contrôler tous les facteurs du processus de production, du dessin au développement industriel, du plan économique au service après-vente. Le design durable est une nouvelle manière de créer en tenant compte de la fin de vie des produits qui, tout en étant par nature éternels en tant qu’objets iconiques, doivent avoir la possibilité d’être réutilisés. Il s’agit d’un design qui intègre de plus en plus les principes de l’économie circulaire, qui fait davantage attention à l’environnement, qui pense un objet en dehors de son aspect fonctionnel et favorise les processus de partage et de recyclage. Comme la prochaine Exposition Internationale de la Triennale – qui s’occupera de durabilité et de qualité intrinsèque du design – le Salon du meuble de Milan va explorer le rapport entre nature et habitat grâce à une exposition-installation située au coeur de la ville et offrant des éléments de réflexion sur l’avenir de l’habitat et sur la manière de mettre en relation la conception de l’espace intérieur et la nature de l’espace extérieur.

3- Le Salon du meuble de Milan est un lieu de partage

Les visiteurs viennent de plus de 160 pays. Peut-être aussi parce que Milan est la ville de l’édition, celle du design et de la mode. Depuis le parc d’exposition de Rho Pero, le Salon du meuble s’étend au centre-ville et en banlieue, et multiplie les nouveaux lieux, et nouvelles formes d’accueil. La notion de partage est essentielle : Milan n’existe pas sans son Salon du meuble et le Salon n’existe pas sans Milan.

En teasers de l’événement, 5 previews :

Fermob dévoilera son projet Inspire imaginé par le collectif Unqui Designers : proposer aux citadins une pause olfactive et relaxante au cœur de la ville

Fermob projet INSPIRE
Fermob projet INSPIRE

Kartell dévoilera entre autres les dernières versions des assises signées Philippe Starck : Venice, Catwalk et Cara.

Fauteuil Cara, design Philippe Starck
Fauteuil Cara, design Philippe Starck

 

Ludovica+Roberto Palomba seront bien présents avec un module de bien-être conçu pour Zucchetti. Kos avec Quadrat pool Relax et chez Talenti avec la collection Cliff.

Zucchetti Kos_Quadrat Pool Relax, création Ludovic et Palomba
Zucchetti Kos_Quadrat Pool Relax, création Ludovica + Roberto et Palomba

 

Talenti, Render, Ludovica+ Roberto Palomba
Talenti, collection Cliff, Ludovica+ Roberto Palomba

 

Fast dévoilera le Lounger Forest qui s’inscrit dans la continuité de la chaise best-seller du même nom.

Fast, Forest Lounge
Fast, Forest Lounge

 

Enfin, dans la ville, au flagship d’Alessi, on ne manquera pas la collaboration de la marque avec Marcel Wanders autour de« The Five Seasons », une collection de parfums d’intérieur.

Alessi et Marcel Wander, collection "The Five Seasons"
Alessi et Marcel Wander, collection « The Five Seasons »

 

Retrouvez nos précédents articles sur le Salon du meuble de Milan.

 

 

La SNCF ouvre un magasin Grand Train à Paris!

La SNCF ouvre un magasin Grand Train à Paris!

La SNCF a ouvert une boutique éphémère à Paris. Elle y propose plusieurs types d’objets s’inspirant de différents aspects de son patrimoine.

Magasin Grand Train, la nouvelle boutique SNCF

Mug avec le logo SNCF d'origine (1937). © Letizia Le Fur
Mug avec le logo SNCF d’origine (1937). © Letizia Le Fur

La SNCF ouvre une boutique éphémère, le magasin Grand Train, au Ground Control. Le lieu est un ancien site de tri postal qu’elle a décidé de mettre à disposition de plusieurs commerces dans le cadre de son projet « Urbanisme transitoire by SNCF Immobilier« . Cette ouverture intervient dans le cadre du 80ème anniversaire de l’entreprise française et marque la première aventure commerciale de ce type pour la société. En effet, celle-ci a décidé de vendre des produits illustrant son patrimoine, que ce soit au niveau architectural, design, photographique ou encore pictural. Une boutique en ligne SNCF, ouvert en novembre de l’année dernière, a déjà réalisé un chiffre d’affaires d’environ 100 000€ et le site a accueilli quelques 350 000 visites. 160 objets sont actuellement référencés sur le site, nombre qui devrait être multiplié par 3 ou 4 au cours de l’année.

Une collection d’objets design et rétro signée SNCF

Bentos japonais avec les logos SNCF de 1937 et 1967.
Bentos japonais avec les logos SNCF de 1937 et 1967. © Letizia Le Fur

Les objets vendus par la SNCF dans son stand et sa boutique en ligne rendent hommage à son patrimoine en reprenant, tout en les remettant au goût du jour, des éléments emblématiques, indissociables de l’entreprise. C’est le cas par exemple des anciennes affiches SNCF qui offraient aux voyageurs des images de destinations comme Biarritz, Deauville ou encore Nice. Seize d’entre elles sont aujourd’hui rééditées, de même que de nouvelles créations qui témoignent d’une volonté de perpétuation de la tradition de l’affiche ferroviaire. Des carnets sont vendus dont la couverture reprend des détails de l’architecture de certaines gares, ainsi que des photos d’horloges et de vitraux que l’on peut trouver dans ces bâtiments. Certains modèles de carnets noirs reprennent les emblèmes historiques que sont la lanterne et le panneau de signalisation rouge et blanc extraits de l’affiche dessinée par Jean Arrivetz pour la Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires (FACS). On retrouve également le logo d’origine de l’entreprise (crée par Maximilien Vox en 1938) ainsi que celui dessiné en 1967 sur des mugs, des badges et de véritables bentos japonais. La SNCF dispose aussi d’un fonds numérique d’environ 100 000 photos ( le processus de numérisation est toujours en cours) et certaines d’entre elles sont proposées dans ce magasin Grand Train. On y trouve des images d’époque représentant des scènes de vie en gare, d’anciens modèles de trains, photographies qui sont autant de témoignages d’un certain monde du rail disparu.

À travers sa boutique, la SNCF cherche donc aujourd’hui à diffuser son design industriel au-delà du seul domaine ferroviaire en proposant une gamme de produits qui reprend l’héritage esthétique de l’entreprise en l’adaptant à un nouveau contexte avec des objets décoratifs et des produits du quotidien.

 

David Kabla

 

 

David Trubridge remporte un Good Design Award!

David Trubridge remporte un Good Design Award!

David Trubridge a été une nouvelle fois récompensé pour son travail à Chicago avec un Good Design Award pour son dernier luminaire baptisé Navicula.

Un nouveau prix pour David Trubridge

Lampe Navicula, création de David Trubridge. © DTL
Lampe Navicula, création de David Trubridge. © DTL

Le designer de luminaires David Trubridge vient de remporter un Good Design Award pour sa nouvelle lampe Navicula. Cette dernière création est le fruit d’un travail de recherche sur les diatomées, organisme à la base de la chaîne alimentaire océanique. Son importance pour la vie sur Terre est tout à fait capitale. Les diatomées absorbent davantage de carbone que n’importe quelle espèce sur Terre et plus que l’ensemble des forêts tropicales du monde. Elles produisent également une part conséquente de l’oxygène que nous consommons. David Trubridge a donc voulu s’inspirer pour ce nouveau luminaire d’une espèce essentielle à la vie afin de nous sensibiliser à la fragilité de l’équilibre environnemental de notre planète. Il a été influencé par la forme particulière de leur structure, en particulier de la diatomée Navicula dont ce nouveau luminaire tire son nom.

Un design inspiré du monde naturel

Photo d'une diatomée Navicula, inspiration de la dernière lampe de David Trubridge
Photo d’une diatomée Navicula, inspiration du dernier luminaire de David Trubridge

David Trubridge est un designer anglais résidant en Nouvelle-Zélande depuis de nombreuses années. Il est reconnu à un niveau international pour son travail. Le magazine L’Express l’a d’ailleurs inscrit dans sa liste des 15 plus grands designers contemporains et le Centre Pompidou a acheté sa lampe Icarus Wing en 2008 pour sa collection permanente. La fascination pour la nature, que l’on retrouve dans sa dernière création, est un élément essentiel de son travail. Il déclarait dans une interview en 2016 pour notre magazine : « La vie urbaine est aujourd’hui si déconnectée de la nature, nous aimons réinsuffler sa perception et sa présence dans les maisons et les lieux de travail. ». Ainsi, quand nous l’avions rencontré il y a 2 ans, sa lampe Coral était déjà inspiré par le corail, autre organisme aquatique fragilisé dont le rôle est pourtant vital pour notre environnement.

Des créations écoresponsables

Cette attention au monde naturel se traduit aussi à travers la conscience écologique du designer. Pour ses créations, il utilise le plus possible des matériaux produits de façon responsable. Il a aussi fait le choix de les acheminer par fret et en kit plutôt que déjà assemblées par avion afin de diminuer sensiblement l’empreinte écologique de son entreprise : « J’ai toujours voulu créer un design bon pour l’environnement et qui utilisait le moins de ressources possibles (…). Une autre contrainte est le fret, tous nos produits sont envoyés en kit, ce qui est bon pour l’environnement. ». Cette sensibilité particulière, tant d’un point de vue esthétique qu’environnemental, a été renforcée par un voyage qu’il effectua en Antarctique en 2004. Il avait été sélectionné dans le cadre de l’Antarctica Arts Fellowship Program et avait eu le privilège de passer plusieurs semaines dans cet endroit exceptionnel mais gravement mis en danger par les activités humaines.

David Trubridge avec sa nouvelle création Navicula fait donc une nouvelle fois converser le design et le monde naturel, façon pour lui de nous ouvrir les yeux sur les beautés fragiles qu’il recèle.

 

David Kabla

Concours Cinna :  découvrez les lauréats 2018

Concours Cinna : découvrez les lauréats 2018

Le concours Révélateur de Talents invite des créateurs émergents à présenter un projet design, dans l’objectif de le voir éditer par  Cinna. Voici les lauréats de cette  11 e édition.

 width=
Canapé-Lit Shell – Léo Dubreil & Baptiste Pilato

Le concours Révélateur de Talents Cinna, un tremplin pour les jeunes designers

En 2018, Cinna réitère son concours Révélateur de Talents destiné aux jeunes créateurs français ou étrangers de moins de 30 ans. Etudiants ou jeunes professionnels, ces designers émergeants espèrent faire partie des 6 Lauréats et voir leur projet prendre vie parmi les collections Cinna. Lancé en 2006, ce challenge a déjà révélé de nombreux jeunes designers qui font partie aujourd’hui des « incontournables ». Pour cette 11e édition, les candidats ont planché sur une utilisation avant-gardiste et créative d’une sélection de matériaux : bois massif, métal, mousse, textiles… L’enjeu était pour les designers de s’ancrer dans l’évolution de nos modes de vie. Nomadisme, dématérialisation des produits, et quotidien connecté ont donc orienté les différents projets. Véritable tremplin pour leur future carrière, ce concours s’inscrit pleinement dans le créneau de la marque Cinna, qui prône modernité et avant-gardisme depuis ces débuts. Un ensemble de jurés composé de la direction de Cinna, de designers, et de journalistes, ont élu leurs 4 coups de cœur. Le grand public a également eu la possibilité de participer au vote, en élisant leurs 2 projets favoris.

Les 6 Lauréats du concours Révélateur de Talents Cinna

Pour cette 11e édition, les candidats ont été invité à travailler sur l’une des deux catégories au choix : canapé-lit ou accessoires de décoration, avec toujours le bois massif.

1er prix du Jury (catégorie canapé-lit)

 width=
Canapé-Lit Shell – Léo Dubreil & Baptiste Pilato

Le canapé-lit Shell de Léo Dubreil et Baptiste Pilato se déploie aisément et offre un espace aussi confortable en canapé qu’en position lit. Ses finitions soignées et son apparente légèreté présentent un cocon réconfortant, tel un îlot apaisant pour un trêve du quotidien.

2e prix du Jury

 width=
Canapé-Lit Gustave – Hugo Hagenbach, Gaston Lobet & Arthur Daragon
 width=
Canapé-Lit Gustave – Hugo Hagenbach, Gaston Lobet & Arthur Daragon

Gustave est un canapé au dossier basculant, qui se transforme habilement en un lit deux places. Reliés entre eux par un pivot, les châssis sont maintenus en position perpendiculaire grâce à deux forte sangles.

1er prix du Jury (catégorie accessoire)

 width=
Vase et Vide-Poches Tasso – Mathieu Delacroix
 width=
Vase et Vide-Poches Tasso – Mathieu Delacroix

Tasso est une collection d’accessoires revisitant l’usage du bois. Composée d’un vase de sol ainsi que d’un vide-poche, la gamme est constituée de bois massif façonné.

2e prix du Jury

 width=
Lampe Balade Intérieure – Quentin Biry & Ombeline Jaulin

Certains designers ont abordé les luminaires. L’idée est venue de la baladeuse qu’utilisaient les garagistes pour débusquer les petites pièces égarées dans des coins sombres. Aux formes pures et simple, la baladeuse LED est sans fil et rechargeable sur secteur. Elle peut prendre sa place n’importe où dans l’habitat.

Les prix du grand public

 width=
Canapé-Lit Shell – Léo Dubreil & Baptiste Pilato

Enfin une unanimité entre le jury et le public ! Le canapé-lit Shell se démarque de tous les côtés en remportant deux premiers prix. Son confort et son esthétique n’est donc plus à prouver.

 

 width=
Lampe Vulcain – Jean-Baptiste Vigneron

Avec son inspiration volcanique, la lampe Vulcain transpose la fascination de l’Homme pour le feu. En fixant son corps en frêne massif carbonisé, on pense à des arbres brûlés par le passage d’une coulée volcanique. Cet accessoire instaure une ambiance propice à la relaxation, ajustable au watt près.

Emmanuelle Jung

Nemo organise un showroom et une exposition à Paris!

Nemo organise un showroom et une exposition à Paris!

Nemo, le créateur italien de luminaires, ouvre son premier showroom à Paris en ce début d’année 2018. Il consacre également une exposition à ses rééditions de certaines créations du Corbusier et de Charlotte Perriand.

Nemo : le premier showroom parisien!

Showroom parisien de Nemo
Showroom parisien de Nemo. © Claude Weber

Nemo a ouvert le 18 janvier dernier son premier showroom parisien. Au cœur de Saint-Germain-des-Près, la marque présente une sélection de ses nouveaux luminaires ainsi que quelques-uns de ses modèles iconiques. L’espace accueillant l’évènement a été conçu par le designer Charles Kalpakian afin d’exprimer au mieux l’identité de la maison italienne.

L’exposition « Luce » de Nemo : un travail de réédition et de réinterprétation

Sélection de luminaires Nemo
Sélection de luminaires Nemo. © Claude Weber

Ce showroom sera suivi de l’exposition « La Luce » du 15 mars au 24 avril. Nemo y présentera ses rééditions de certaines créations du Corbusier et de Charlotte Perriand, deux architectes majeurs du XXème siècle dont on découvre ici les contributions au domaine du design de luminaires. Les produits réédités sont en fait des objets que ces deux artistes ont produits pour des environnements, des projets particuliers. Aujourd’hui, Nemo les ressort dans une perspective nouvelle. Federico Palazzari, directeur de la société, explique :

« Dans le cas de Le Corbusier et de Charlotte Perriand, NEMO se présente comme l’interprète contemporain des lampes que ces artistes ont créées dans le passé. Celles-ci étaient conçues comme des projets absolus, destinées aux seules architectures pour lesquelles elles avaient été dessinées (…). C’est une réédition mais c’est à la fois nouveau, c’est Némo qui les révèle, qui les porte à la connaissance du monde. »

En rééditant ces projets, Nemo réinterprète ainsi d’anciennes créations en les inscrivant dans un contexte différent et nouveau, créant ainsi un fil reliant ces grands créateurs du passé à notre époque contemporaine.

 

Vous pouvez retrouver ci-dessous l’entretien que nous avons réalisé avec Federico Palazzari, directeur de Nemo Lighting :

 

Le Showroom de Nemo se tient actuellement 19 rue du Bac dans le quartier de Saint-Germain-des-Près à Paris.

L’exposition « La Luce » se tiendra 40 rue Violet à Paris du 15 mars au 24 avril dans le LAB du Showroom RBC.

 

David Kabla

Milan Design Week  2018 : de premières annonces !

Milan Design Week 2018 : de premières annonces !

Événement attendu par tous les professionnels et aficionados du design, la Milan Design Week dévoile petit à petit ses secrets.  Pour patienter, 5 annonces tous azimuts en avant-première.

 width=

Milan Design Week  : Poltronova fête les 50 ans du Superonda

 width=
Poltronova, Superonda, 1968

En 1968, Archizoom Associati créait pour Poltronova le détonant Superonda, un canapé composé de deux parties, taillées dans un bloc de polyuréthane sous la forme d’une vague. En fonction de l’agencement, ce mobilier cassait les codes en devenant un canapé, un lit ou une chaise longue. Pour ses 50 ans,  6 prototypes de Superonda Limited Edition d’Archizoom seront exposés dans le Jardin Triennale de Milan tout au long de la Design Week.

Superdesign Show à la Milan Design Week: le Superloft de Giulio Cappellini 

Sous la direction Gisella Brocoli,  Superdesign Show se tournera cette année vers « Only the best ». La sélection concentre et met en évidence les grands noms, les projets innovants, les tendances de style de vie, les solutions technologiques améliorant l’environnement et la vie quotidienne, les pays toujours au top dans le design de haute qualité comme le Japon et les nouveaux centres de design, comme une Egypte surprenante. « Regardant vers le futur sans répudier le passé, j’essaie chaque année de renouveler totalement l’événement Design en m’alignant sur les dernières tendances, sur les intuitions et sur les propositions les plus significatives. Le tournant de 2018 s’appelle « Only The Best », et c’est la raison pour laquelle je voulais à nouveau, à mes côtés, Giulio Cappellini en tant que directeur artistique et protagoniste. Ce sont les quatre points cardinaux, les projets les plus attendus et les plus étendus qui éclaireront Superstudio: l’exposition super solo de Nendo, le studio de design le plus couronné de succès, et la marque high-tech et durable internationale Dassault Systèmes avec un projet de Kengo Kuma. 

 width=
SuperStudio / Superloft sous la direction de Giulio Cappellini

Le Superloft imaginé par Cappellini accueillera : Cappellini, Flaminia, Fontanot, Icone Luce, Linvisibile, Living Divani, Magis, Meisterwerke, Oikos, Orsoni, Pecchioli Firenze, Poliform, Poltrona Frau, Salvatori. Et designers: Michael Anastassiades, Ronan et Erwan Bouroullec, Tom Dixon, Ron Gilad, Piero Lissoni, Marcel Wanders, Alessandro Mendini, Jasper Morrison, Nendo, Philippe Starck. « Maintenant, plus que jamais, les gens veulent vivre dans une maison qui reflète leur tradition, leur culture, leur identité. J’ai essayé de créer un vaste espace qui ne soit pas seulement un statut à exposer mais décrit le plaisir de vivre dans des espaces confortables, entourés de beaux objets, maintenant discrets et déclarés, qui deviennent des présences essentielles dans notre existence « , déclare Giulio Cappellini.

 width=

Superstudio Più – Via Tortona 27 – Milan
Superstudio 13 – Via Forcella 13Via Bugatti 9 – Milan

Osvaldo Borsani en avant-première à la Triennnale de Milan

 width=

Première rétrospective sur la vie et les œuvres de l’architecte et designer italien visionnaire, l’exposition « Osvaldo Borsani sera officiellement ouverte au public le mardi 15 mai au Triennale Design Museum de Milan. Cependant pour célébrer l’exposition de la Triennale, les Archives Osvaldo Borsani ouvriront les portes de la Villa Borsani  pendant la semaine du Salone del Mobile (16-20 avril), l’endroit accueillant une série d’événements et de visites.

VILLA BORSANI 1943
VILLA BORSANI 1943

Du côté des éditeurs, pour la Milan Design Week 

 width=
Paola Lenti, collection  Elementi

Paola Lenti présentera «Elementi», les nouvelles collections de meubles, tissus et matériaux pour l’intérieur et l’extérieur dans les espaces industriels de Fabbrica Orobia 15 – via Orobia, 15 Milan 
du 17 au  21 avril de 10 à 22 heures
le 22 avril de 10 à 20 heures

 width=
Talenti, prototype nouvelle collection designée par  Ludovica +Roberto Palomba

Talenti, spécialisé dans le mobilier d’extérieur, présentera une nouvelle collection conçue par Ludovica + Roberto Palomba. «Une collection aux lignes simples avec une attention aux détails, à la décoration et aux textiles impressionnante», déclarent les designers. « Un système qui produit des compositions modulaires, avec des sièges et des dos de hauteurs variables pour créer de véritables alcôves pour le cocooning. Un design où les discontinuités et la contamination donnent vie à une esthétique inattendue à l’extérieur. « 

Marine Peyre, une âme pop et ludique

Marine Peyre, une âme pop et ludique

Collaborant avec différents éditeurs, Marine Peyre édite aussi ses propres collections. La designeuse  affirme,  à travers des collections décalées et expressives  une philosophie « aux limites interdisciplinaires de l’art, de l’espace et du design… »

 width=
Marine Peyre

L’univers de Marine Peyre

 width=
Fauteuils Noda au Mandarin Oriental, créations Marine Peyre.

Au premier regard, le mobilier Marine Peyre séduit par ses formes expressives et colorées. Près du sol, modules, indépendants, ou parties d’un ensemble, ils épousent l’espace au grès de nos envies. Marine Peyre a su affirmé sa vision en composant un univers ludique et pop avec des jeux de construction de l’usage de matériaux décalés. Son attitude décomplexée s’exprime dans l’ensemble de ses créations et franchit toutes les limites : mobilier, accessoires, scénographie…tout est pensé pour créer des systèmes de design ludiques et interactifs.

Marine Peyre,  des collections flexibles et modulables

 width=
Collection BFlex, outdoor, création Marine Peyre.

On s’approprie immédiatement ces objets qui redessinent notre environnement. Modulables au gré de notre humeur, ils deviennent une part entière de la maison. Les collections s’invitent également au jardin et nous suivent au fil des saisons pour nous créer une panoplie de souvenirs à leurs côtés. « Certaines de mes créations ont été conçues dès le départ pour l’extérieur et l’intérieur, notamment Keops, Outchair, Outdeck. En effet, le constat est de dire qu’aujourd’hui un mobilier peut circuler à l’intérieur, à l’extérieur, et de fait véhiculer par son design une notion de confort propre à l’intérieur, mais avec des matériaux qui puissent résister aux conditions extérieurs. L’utilisation de remplissage intérieur spécifique permet aussi de pouvoir utiliser le mobilier en extérieur. Ces mêmes produits sont déclinables, dans la mesure où les coussinages sont indépendants des structures », précise la créatrice.

Ainsi BFlex est un ensemble d’assises modulable composé de différents éléments. Le système nous offre une multitude de possibilité de confort et s’adapte aux souhaits de chacun.

 width=
Pour la marque allemande Movisi, Marine Peyre a imaginé GROW !, un système  léger et modulable qui comporte 95% d’air.

Marine Peyre , un zest de pop

 width=
Collection Keops, Marine Peyre. 

Invitations aux trêves outdoor en solitaire ou en duo, le pouf XXL Keops réinterprète les codes esthétiques des années pop.

 width=
Fauteuil Noda, création Marine Peyre.

Noda est un tube XXL, se nouant sur lui-même pour créer l’assise idéale pour chacun. « L’idée était de proposer un support d’assise à la fois structuré et informel, comme une sculpture sur laquelle on puisse s’asseoir », explique Marine Peyre.

 width=
Flower, création  Marine Peyre
 width=
Module E, Marine Peyre

L’univers des plus petits n’est pas laissé en reste par Marine Peyre. Cette créatrice aux aspirations ludiques se prête à merveille au monde des enfants avec une série de produits colorés qui soutiennent l’enfant dans le développement de sa motricité et sa confiance en soi.

Marine Peyre et Atema : une  collaboration récente entre 

 width=
Locaux L’Oréal, collaboration Marine Peyre X Atema

Dans le cadre d’une collaboration avec Atema, Marine Peyre signe une nouvelle collection de parois acoustiques et ergonomiques. Concepteur de mobilier acoustique dédié aux espaces de travail, Atema s’est allié à la créatrice pour concevoir un système de cloisons modulable. Idéal pour les espaces ouverts, écran de séparation pour bureau, cloisonettes, box et plafonnier. L’idée était pour Marine Peyre de proposer des produits au design épuré, performant, dotés d’une simplicité d’utilisation. Cette collection innovante habille les espaces individuels, collectifs, les lieux de vie ou de repos, dans un confort visuel et sonore. Améliorer l’environnement de travail, voilà le créneau de la collaboration.

 

Marine Peyre : des solutions pour les open spaces

 width=
PA01, Marine Peyre X Atema

PA01 est un paravent pourvu de cloisonettes emboitables avec un système d’encoches. Les panneaux peuvent se prolonger à l’infini et permettent de jouer avec l’espace tout en permettant une surface d’absorption acoustique très confortable.

 width=
EP01, Marine Peyre X Atema

Les écrans de spération EP01 se montent tels des puzzles grâce à des principes d’assemblages et encoches. Modulables, ils se positionnent suivant les souhaits de chacun. Le tout dans un design graphique et ludique.

 width=
PS01, Marine Peyre X Atema

Élements léger et suspendus, les plafonniers PS01 sont idéaux pour les open spaces en proposant une solution graphique et acoustique complémentaire.

Emmanuelle Jung

L’ art textile bouscule nos repères à Montrouge

L’ art textile bouscule nos repères à Montrouge

Jusqu’au 25 févier, « Miniartextil » investit le Beffroi de Montrouge. Comme chaque année depuis 14 ans, la ville de Montrouge et l’association italienne Arte&Arte s’associent pour offrir un condensé de créations d’art textile. Coups d’œil sur des installations flirtant avec les limites et les frontières.

 width=
Expo Miniartextil Borderline Montrouge 6 ©Ville de Montrouge

Un art textile borderline pour cette 14e édition

S’évader grâce à des petites œuvres tissées de lin, de laine, de coton, de soie… Cette année encore le Beffroi de Montrouge accueille Miniartextil, et honore la jeune création contemporaine avec des œuvres d’art textile miniatures. Du tricot à la dentelle, les pratiques artisanales offrent une infinité de possibilités. L’art textile se veut fascinant de fragilité et de démesure. Jusqu’ au 25 février 2018, les installations nous invitent à bousculer nos repères à Montrouge .

 width=
Prix Arte & Arte_Gertraud Enzinger_Both Sides Now ©Ville de Montrouge

C’est sur le thème borderline qu’ont planché des artistes du monde entier, afin de nous offrir une visite hors du temps. En flânant à travers les espaces, on explore toutes les possibilités et les limites de l’art textile. Lors de cette édition, 54 minitextiles, limités au format de 20 x 20 x 20 cm, sont disposés sur des minis plateaux en suspens, comme affluant de nulle part.

 width=
Exposition Miniartextil ©Emmanuelle Jung

Nos coups de cœur

 width=
Touch Me, Elke Hulse
 width=
KLESZYNSKA MAGDALENA – CUP 4 ©Ville de Montrouge

Assembler des éléments de prime abord inconciliables pour produire un rendu fascinant, tel est le choix de Magdalena Klezynska, qui associe le crochet et la porcelaine. Dans la même optique, Elke Hulse allie la soie et le fil barbelé avec un message contradictoire « Touch me ». Son créneau ? Le danger au coin de l’apparente douceur.

 

 

 width=
CAIROLI CLAUDIA-Mind games©Ville de Montrouge
 width=
Prix Montrouge – Xavier Brisoux – Interstices – ©Ville de Montrouge
 width=
« The other » Heidi Bendenknecht de Felice ©Emmanuelle Jung

D’autres miniatures réveillent nos tourments. C’est cette « inquiétante étrangeté », thème de la littérature romantique, qui surgit au milieu de notre quotidien rassurant. C’est ce que suscitent les « Mind games » de Claudia Cairoli. Borderline, ce sont aussi des objets que l’on ne peut identifier, mais qui se situent à la frontière de plusieurs univers, comme dans l’œuvre de coton et de résine de Xavier Brisoux, ou dans l’objet à la fois végétal et animal d’Heidi Bendenknecht de Felice.

Parallèlement, une dizaine d’installations grands formats épousent l’espace avec audace. Résolument borderline, ces installations monumentales sollicitent avant tout l’esprit d’ouverture du public.  En tant que visiteur, c’est une expérience à la fois esthétique et sensorielle que l’on vit.

 width=
Forest of Number, Emmanuelle Moureaux ©Ville de Montrouge
 width=
La Forêt de nombres, Emmanuelle Moureaux ©Emmanuelle Jung

La Forêt de nombre d’Emmanuelle Moureaux nous incite à nous y plonger complètement pour l’apprécier sous tous ses angles.

 width=
« Un refuge pour un souvenir », Alexandra Kehayoglou ©Emmanuelle Jung
 width=
Embrace, Brankica Zilovic Chauvain ©Emmanuelle Jung

Quand Alexandra Kehayoglou fait appel à la tapisserie pour réaliser un trompe l’œil, Brankica Zilovic Chauvain dévoile une puissance colorée paradoxale, rouge d’espoir d’amour mais aussi de sang versé. L’un comme l’autre nous obligent à réévaluer nos certitudes et notre vision du monde. Le thème borderline prend alors tout son sens, puisqu’il remet tout en question à travers cette exposition.

Miniartextil, une tradition d’ art textile née en Italie

Issue de Côme en Italie, l’exposition Miniartextil a été initiée  en 1991 par les collectionneurs italiens Nazzarena Bortolaso et Mimmo Totaropart, fondateurs de l’association Arte&Arte. Chaque année, ce rendez-vous part à la découverte de la fibre créative d’artistes sélectionnés dans le monde entier. Des créateurs forts différents, mais réunis par leur intérêt pour le textile.

 width=
Exposition Miniartextil ©Emmanuelle Jung

54 œuvres ont été sélectionnées parmi 400 candidatures par le jury de Miniartextil. À chaque édition, les candidatures abondent en proposant une vue panoramique de la création internationale dans l’univers des mini-textiles. Cette année, les artistes, qui avaient pour ligne directive le borderline, ont su transgresser les règles à travers d’œuvres à la fois innovantes et audacieuses. Comme chaque année, la ville décerne le Prix Montrouge à son artiste coup de cœur. Son oeuvre, acquise par la ville de Montrouge rejoindra alors les collections municipales. Lors du vernissage du 6 février 2018, le jury a récompensé Xavier Brisoux pour sa création de coton et de résine.

Emmanuelle Jung

Miniartextil à Montrouge 14e édition « Borderline »

7 – 25 février 2018 au Beffroi de Montrouge

2 Place Emile Cresp

92120 Montrouge

Entrée libre